Translate

jeudi 20 mars 2014

Le tannage en détail.

Nous ne parlerons pas ici de la qualité ni des propriétés des différents cuirs, mais bien des diverses façons courantes de tanner le cuir.
La qualité fera l'objet d'un prochain article.

 
De la peau au cuir
 

La peau est constituée de 3 couches :
  • L'épiderme, qui est en contact avec l'extérieur et qui subit les agressions. 
  • La couche Hyaline.
  • Le derme, qui est la couche de cellules vivantes, organisées en un tissu très serré. C'est le lieu de naissance des poils et où sont présentes les terminaisons nerveuses.
  • L'hypoderme, c'est une couche de cellules graisseuses, c'est un tissu lâche, et qui est directement en contact avec les muscles.
    Le tannage n'est lui-même qu'une étape du processus. Il y a un avant et un après.

Découpe transversale de la peau



Salage et dessalage

Les peaux fraîches vont être salées afin d’être conservées. Le salage a pour but d’éliminer l’eau des tissus et ainsi de ralentir le développement des micro-organismes présents et leur action de putréfaction. Lors du salage, les peaux peuvent perdre jusqu'à 10 % de leur poids en eau.

Au bout de quinze jours, les peaux sont dessalées, examinées une à une et triées en fonction de leur épaisseur, du nombre de défauts de la dépouille, de la présence de cicatrices ou encore en fonction de leur poids et de leur surface.

« Travail de rivière »
  • La trempe (ou reverdissage) : la peau est réhydratée pour retirer les impuretés et les souillures (sel et sang).
  • L'ébourrage (ou épilage) : bain de chaux ou de sulfure permettant la désagrégation de l'épiderme et la chute des poils.
  • L’écharnage : on retire la chair et les graisses. 
  • Le pelanage : prépare la peau à réagir au tannage (bain chimique appelé pelain).
  • Le déchaulage : élimine les produits alcalins combinés au collagène (sulfure, chlorure ou bisulfite d'ammonium).
 Il y d'autres processus dans le travail de rivière, et sont identiques, qu'il s'agisse de tannage végétal ou minéral. Seul le picklage n'est pas pratiqué sur une peau destinée à être tannée végétal. Tous les processus du travail de rivière nécessitent des produits chimiques et/ou toxiques (sauf l'écharnage).


                                                                           Écharnage.
Le Tannage.


1 • Végétal
2 • Végétal-Chrome
3 • Minéral
4 • Chimique

 1 • Végétal :
On utilise des extraits de tanins végétaux en poudre ou liquide, tel le chêne, bouleau, mimosa, etc... Le tannage végétal donne un cuir plein.
On emploie les tanins pour transformer une peau dessalée en cuir, car ils transforment les protéines contenues dans le cuir résistantes à la décomposition organique. Le tannage végétal était traditionnellement effectué dans des fosses : les peaux suspendues dans une série de fosses ou de cuves remplies d'une solution tannante qui devient de plus en plus forte jour après jour. Ce processus était lent et pouvait prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant que les peaux soient entièrement tannées.

De nos jours, le tannage végétal est beaucoup plus rapide. Il est effectué en foulon (environ 48 heures), à l'aide d'extraits végétaux et de tanins auxiliaires. Ce mode de tannage n'est pas exempt de pollution, ni d'utilisation de produits chimiques. Bien évidemment, un tannage rapide, bien que "végétal", a l'avantage d'être rentable mais aussi est indispensable car les modes d'élevage intensifs produisent des peaux de moins bonnes qualités qu'autrefois. Les tanins utilisés proviennent de 2 familles distinctes : Hydrolysable ou Condensé. Les condensés en tendance à rougir lors de l'exposition à la lumière, pour contrer cela on utilise du bisulfite de sodium, de l'acide formique ou du dithionate de sodium.

 Cuves de tannage

2 • Végétal-minéral (mixte) : 

Certains cuirs peuvent être tannés végétal-minéral (finitions aux sels d'aluminium ou tanins synthétiques) ou minéral-végétal (tannage synthétique, puis végétal). Le premier procédé est toujours prédominant, alors que le second corrige les propriétés du cuir fini. Le tannage minéral/végétal permet que la peau soit tannée à cœur très rapidement, le tannage végétal permettra d'avoir un aspect naturel, ou teint.

3 • Minéral :

Le tannage minéral donne un cuir creux, mais résistant à la déchirure, la chaleur humide et la pollution.

Ce tannage est généralement effectué à l'aide de sulfate de chrome (Chrome III), un sel minéral qui pénètre très rapidement dans la peau, le processus de tannage est ainsi complété en vingt-quatre heures. On utilise également des auxiliaires que l'on nomme agents masquants, qui augmentent la pénétration des tanins, et réduisent le temps de tannage (oxalate, phtalate, acétate ou formiate). Le cuir est alors d'un bleu canard léger/pale. Un processus de foulonnage permet l'ajout de teintures, de fongicides chimiques, d'un agent de retannage, de liqueurs grasses qui donnent au produit fini une souplesse au toucher, et si nécessaire des produits ignifugeants.
Des études ont démontrées que le Chrome III pouvait se transformer en Chrome VI, une fois le cuir fini. Celui-ci est cancérigène.

 Foulon de tannage industriel.

4 • Chimique ou synthétique :

Les agents tannants qui sont produits par synthèse, c´est-à-dire qui n´existent pas à l´état naturel dans l´environnement, appartiennent à cette catégorie. Le formaldéhyde, le glutaraldéhyde, polyphénols, polyphosphate, les dérivés d´aldéhydes et les acrylates, ainsi que les sels de zirconium, d'aluminium et de phosphonium ont une action tannante. 

Le Corroyage :

On y est presque, il reste encore quelques étapes.

Les opérations de corroyage donnent les propriétés choisies au cuir. Indispensable à la pénétration des composés et au maintien de la souplesse.
On essore, on trie, on refend, on déraye (ces deux derniers termes signifient désépaissir), on neutralise, on re-tanne, le cas échéant.

Les finitions :

Ces étapes parfont l'aspect esthétique du cuir et en assurent la protection.
  • La teinture : Mise en couleur. On procède à une décoloration avant teinture (chrome et végétal), à l’aide d’acide oxalique hautement toxique, ou d’eau oxygénée, ou de bisulfite de sodium. Puis on utilise une base incolore tirée de la distillation de goudron (aniline ou naphtalène) et qui sera ensuite colorée. Colorants acides (anionique) pour du cuir au chrome. Colorants basiques (cationique) pour du tannage végétal. La plupart des colorants utilisés sont hautement toxiques.
  • La nourriture : graissage de la peau pour donner ou augmenter la souplesse, la résistance. En foulon dans un bain. Mélange d’huiles et d’eau. Indispensable au cuir au chrome, car celui-ci risquerait de se transformer en matériau dur et cartonneux.
  • Étirage ou mise au vent : élimine les plis, atténue les rides.
  • Séchage : influe sur la qualité du cuir. Le séchage intervient à divers stade de la fabrication. Le séchage final étant le plus important pour la qualité.
  • Palissonage : assoupli après séchage. 

Machine à refendre.

Graissage.

Corroyage sur palisson.

Séchage.