Translate

vendredi 21 mars 2014

Les différentes qualités et spécificités du cuir

On dit du cuir, qu'il est une matière noble, "vivante", car c'est un matériau qui évolue , qui se patine dans le temps, en somme qui vieilli, dans le bon sens du terme. Comme le bois.
Le cuir est la dépouille (la peau) d'un animal sur laquelle on effectue divers traitements (naturel ou chimique) pour la rendre imputrescible.



Un cuir de qualité est un ensemble de facteurs à prendre en compte.



Le premier, est la qualité de vie de l'animal. Une vache, un mouton ou un veau qui ont reçu l'attention nécessaire, (tant alimentaire que sanitaire) auront les qualités requises pour devenir un cuir de qualité. Car la vie de l’animal "s’inscrit" dans sa peau (blessures, cicatrices, parasites, certaines maladies, piqûres d'insectes, mauvais traitements, etc...).


Le deuxième, sont les finitions après tannage.
Ce sont elles qui parfont l'aspect esthétique du cuir et qui en assurent la protection.


Pliures naturelles sur collet.

Les parties d'une peau



- Le Collet : partie épaisse, mais ridée (plis du cou).
- Le Croupon : La plus belle partie.
- Les Flans : parties ayant le plus d'élasticité (prétant).




Avant de conclure ce chapitre, il est important de souligner qu'au premier abord un cuir "parfait" est celui qui vous plait. De part son aspect, son toucher, son odeur, sa couleur...
Néanmoins, faisons un petit rappel avant que vous ne preniez votre décision.


Un cuir tanné chimiquement à qui ont applique des finitions de surface ne nécessite aucun entretien en particulier. Il ne se patinera pas avec le temps mais s'élimera. On peut reconnaitre un cuir au chrome en regardant sa tranche. Vous y descellerai un liseret de couleur plus clair, à condition que celui-ci n'est pas été refendu dans son épaisseur ou teint à coeur.


Un cuir tanné végétal (et donc sans finition), lui se patinera dans le temps, et aura besoin que vous preniez soin de lui pour qu'il "vive". Le cuir est l'ombre de l'âme de l'animal défunt et dont on a utilisé sa peau (son identité ?) pour en faire un bel objet.
Peu sujet à l'élongation, vous aurez besoin une fois par an de le nettoyer si besoin (au savon glycériné) et envisager de le nourrir à l'huile de pied de bœuf ou à l'encaustique maison. Attention toutefois, le graissage, s'il n'est pas fait à bon escient peut altérer la peau et la détériorer de façon irrémédiable (cela supprimera le fameux côté "imputrescible"/"momifié" du cuir, et celui-ci redeviendra une simple peau morte sujette au pourrissement). Il est donc conseillé de prendre l'avis d'un professionnel.
Le cuir végétal est souvent de couleur "naturel", comprenant plusieurs nuances claires et foncées. On peu aussi, en de rares occasions le trouver déjà teint à cœur (rouge, noir, violet ...) mais il est très difficile, même pour un professionnel de savoir si ce n'est pas un effet du tannage combiné "végétal/chrome".


Pour cette raison, je ne choisi que des cuirs de couleur naturelle que je teints à la main. Suivants les végétaux utilisés, le temps de trempe et la densité de la peau, des différences de nuances peuvent apparaitre sur un même objet. C'est tout à fait normal et ne constitue par un défaut.


Conclusion


En résumé, l'artisan se doit de choisir des peaux d'animaux élevés avec respect pour éviter les traces sur le cuir. Et choisir un mode de tannage plus respectueux du personnel des tanneries et des propriétés non allergènes.